Errata
fermer

Connexion

Merci d'entrer votre adresse mail et votre mot de passe.

Email
Mot de passe





 

Errata  


Les clés de Vézelay :

Il y a deux erreurs sur la dernière page du chapitre « Les clés de lumière ». Un renvoi est fait vers la figure 14 au lieu de la figure 17, alors que dans le texte, il faut évidemment lire solstice à la place d'équinoxe.

Les cathédrales retracées :

Page 178, les tracés d'élévations proposés pour la cathédrale d'Amiens sont erronés. Il s'avère que le plan papier qui à servi de base d'étude était inexact. Par le plus grand des hasard, la proportion donnée permettait un retraçage crédible, mais faux. Voici l'analyse correcte.

 

 

 

Comme dans les élévations précédentes (du livre), deux triangles équilatéraux sont montés entre les limites de la Table. Cette construction est complétée d’un rapport de ½ (ce qui forme un carré long) afin de fixer la hauteur de départ des voûtes. Pour sa part, le tracé des profils est formé d’un carré long, soit deux carrés superposés, sur lequel s’élève un polygone d’une diagonale de 30°.

Vérifions la précision théorique de cette construction. Dans le premier tracé, la largeur du carré long est égale à la demi-base des triangles. Si je fixe arbitrairement une valeur de 100 unités pour cette base, la largeur du carré long sera de 50 unités. C’est le résultat à obtenir. 

Dans le second tracé, il nous faut connaitre le côté des carrés. Celui-ci étant égal à la hauteur des triangles équilatéraux et ces derniers possédant une base de 100 unités, ce côté sera de 86,603 unités (merci Pythagore). Tracer un angle de 30° à partir de cette base de 86,603 revient à dessiner un triangle rectangle d’une hauteur de 50 unités pour une hypoténuse de 100 unités.

On observe ainsi que ce triangle utilise les mêmes segments que les demi-triangles équilatéraux du premier tracé. Ces constructions sont liées par des valeurs communes. Grâce à cette simple démonstration, on constate que ces systèmes ont une largeur strictement identique. Contrairement à Beauvais, où la construction géométrique exprime un léger décalage théorique, l’élévation d’Amiens s’avère parfaite !
Ce tracé magistral témoigne de la grande science de l'architecte d'Amiens et force l’admiration.